Ensemble, pour le meilleur et pour le pire ?

 

Ce mercredi, dans l’article de notre nouvelle rédactrice, Elodie, nous avons eu le témoignage de deux couples pour qui la pandémie a rapproché les conjoints de chacun des couples. Mais que dit la théorie scientifique sur la qualité des relations amoureuses lorsque nous vivons des épreuves difficiles et stressantes ? Il est trop tôt pour connaître les effets de la pandémie de la COVID-19 sur les taux de mariage, de divorce et de naissance. Toutefois, les recherches existantes dans le domaine de la psychologie détaillent les effets des expériences stressantes sur les relations amoureuses et conjugales.

 

La pandémie est un stress

La pandémie de la COVID-19 peut causer du stress, de l’anxiété et de la déprime. Le peu de connaissances que nous avons sur le virus amène un sentiment d’incertitude. On peut avoir peur d’attraper la COVID-19 ou d’avoir un proche atteint. La tristesse est également un sentiment que nous pouvons ressentir à cause de l’isolement dû à la quarantaine.

 

Que se passe-t-il dans les couples après la survenue d’un événement tragique ?

La COVID-19 a causé la mort d’un peu plus de 390 000 personnes dans le monde et la pandémie peut donc être qualifiée d’événement tragique. Les recherches scientifiques démontrent qu’après la survenue d’un événement tragique, deux scénarios différents peuvent se produire dans les couples : soit le couple se soutient davantage, soit le couple se sépare. Après les catastrophes naturelles (ouragans ou tremblements de terre, par exemple), les études épidémiologiques ont noté une augmentation du taux de divorce chez les survivants. Toutefois, après les attentats terroristes, on a noté une diminution du taux de divorce. Après les attentats du 11 septembre 2001, il y a eu une baisse du taux de divorce dans la ville de New York durant ce mois. Cette baisse n’était toutefois que de courte durée. En octobre 2001, le taux de divorce de ce mois correspondait au taux attendu en temps normal pour cette période de l’année.

 

L’impact du stress sur les relations conjugales

La relation est affectée par le stress, quel que soit son niveau

Le stress, peu importe son intensité, affecte les relations conjugales. Le stress mineur quotidien nuit tranquillement à la relation à long terme du couple et passe souvent inaperçu. Le stress externe chronique nuit au couple de quatre façons : il diminue le temps que les conjoints passent ensemble, il diminue la qualité de la communication, il augmente le risque de problèmes de santé, comme la dysfonction érectile et les troubles du sommeil, et il exacerbe les traits de personnalité problématiques (comme la jalousie). En effet, en situation de stress, on note une augmentation d’interactions négatives, de critiques et d’argumentation dans les couples.

 

Les tensions et conflits conjugaux sont corrélés avec une diminution de la satisfaction de la vie sexuelle et une augmentation de la dysfonction sexuelle. Les relations malsaines peuvent créer de l’anxiété, mener à la dépression et entraîner le développement d’idées suicidaires.

 

Toutefois, l’activité sexuelle peut permettre à certains couples de se détendre du stress de la vie quotidienne.

 

Quels couples sont susceptibles d’être malheureux ?

Les couples avec un faible revenu sont exposés à un grand stress financier et sont donc plus à risque d’être malheureux, et de divorcer par la suite.

 

Une mauvaise gestion du stress, même lorsque le niveau de stress est peu élevé, est associée à davantage d’agressions verbales dans les couples.

 

Une mauvaise relation amoureuse prédispose à des problèmes de santé

Une relation amoureuse malsaine peut mener au développement de la dépression, de problèmes de sommeil et de problèmes métaboliques (comme l’obésité). Le manque de sommeil affecte l’appétit et le choix de nourriture. La personne souffrant de manque de sommeil a tendance à consommer des aliments peu nutritifs.

 

La détresse en situation de couple peut mener à la dépression. La dépression amène des problèmes de sommeil et le manque de sommeil augmente l’activité inflammatoire. La dépression et le manque de sommeil activent donc les réactions inflammatoires du corps et peuvent affecter de nombreux systèmes du corps humain :  les systèmes endocrinien (régulation des hormones), immunitaire, cardiovasculaire, métabolique et neurocognitif. La réaction inflammatoire peut mener au développement de maladies chroniques comme l’asthme, l’arthrite rhumatoïde et la douleur chronique.

 

Comment se protéger ?

  • Être dans une bonne relation amoureuse diminue le stress et le risque de dépression.

  • Être célibataire est meilleur pour la santé mentale que d’être dans une relation malsaine.

  • Les habiletés de communication se développent et peuvent se travailler. Ainsi, savoir communiquer et prendre en considération ses besoins sont des atouts pour la gestion de conflits conjugaux.

  • Une thérapie de couple peut aider les conjoints à s’exprimer sur leurs besoins et à gérer leurs émotions.

Actuellement, les scientifiques prédisent que les couples dont les conjoints se soutiennent bien et qui maîtrisent de bonnes habiletés de communication resteront probablement unis après la pandémie. La pandémie de la COVID-19 est décrite comme étant un événement tragique « naturel ». Une bonne gestion du stress est bénéfique pour la santé physique et mentale des conjoints. N’hésitez pas à demander de l’aide si vous vivez de la détresse en raison de la pandémie. Nous vous invitons à consulter ce lien si vous vivez de la violence conjugale.

 

Références

Bodenmann, G., Ledermann, T., Bradbury, T. N. (2007). Stress, sex, and satisfaction in marriage. Personal Relationships, 14, 551-569. DOI: 10.1111/j.1475-6811.2007.00171.x

 

Bodenmann, G., Meuwly, N., Bradbury, T. N., Gmelch, S., Ledermann, T. (2010). Stress, anger, and verbal aggression in intimate relationships: Moderating effects of individual and dyadic coping. Journal of Social and Personal Relationships, 27(3), 408-424. DOI: 10.1177/0265407510361616

 

Cohan, C. L., Cole, S. W., Schoen, R. (2009). Divorce following the September 11 terrorist attacks. Journal of Social and Personal Relationships, 26(4), 512–530. DOI: 10.1177/0265407509351043

 

International Commitee of the Red Cross. (2020, 1er juin). COVID-19: Global pandemic may increase stress exponentially. https://www.icrc.org/en/document/covid19-global-pandemic-may-increase-stress

 

Kiecolt-Glaser, J. K. et Wilson, S. J. (2017). Lovesick: How Couples’ Relationships Influence Health. Annual Review of Clinical Psychology, 13, 421-443. DOI: 10.1146/annurev-clinpsy-032816-045111

 

Mental Health Foundation. (2020). Mental health statistics: relationships and community. https://www.mentalhealth.org.uk/statistics/mental-health-statistics-relationships-and-community

 

Pietromonaco, P. (2020, 24 avril). APS Backgrounder Series: Psychological Science and COVID-19: Pandemic Effects on Marriage and Relationships. Association for Psychological Science. https://www.psychologicalscience.org/news/backgrounders/backgrounder-marriage-and-relationships.html

 

Please reload

Recent Posts

October 19, 2020

Please reload

Archive

Please reload

Tags