Recent Posts

Archive

Tags

Pas encore de mots-clés.

Qu’en est-il des couples lors du confinement ? Partie I



Durant les derniers mois plus difficiles, il était important pour Neuropresse d’être présent pour ses lecteurs. Au cours des dernières semaines, la vie a repris tranquillement son cours, mais les risques de contamination par la COVID-19 sont toujours présents.

Aujourd’hui, nous sommes allés à la rencontre de trois couples pour leur demander comment ils ont vécu la quarantaine.


Voici leurs réponses.



Alejandro et Katherine, en couple depuis 1 an et quelques mois.

Alejandro : « Nous sommes ensemble depuis plus d’un an maintenant. Nous sommes tous les deux étudiants, donc nous avons vécu les conséquences du confinement sur nos sessions d’études à peu près de la même manière, mais en étant séparés, car nous n’habitons pas ensemble. Durant toute la période du confinement, c’était impossible de se voir : nous respections tous les deux les directives du gouvernement. Chacun de notre côté, nous avons trouvé le confinement très pesant et nous avons eu des baisses de moral récurrentes. À un moment donné, tout cela m’a fatigué. Ma copine me manquait, je ne pouvais pas la voir et il a fallu annuler et faire des demandes de remboursement pour tous les projets que nous avions planifiés pour cet été. En plus de tout cela, nous nous sommes très souvent dit qu’à cause de la charge de travail imposée par les cours, nous ne pouvions pas profiter de nos années universitaires en dehors des salles de cours. Personnellement, le confinement a amplifié ce sentiment de ne pas pouvoir en profiter et m’amuser.

Pour notre couple, nous tenons bien le coup. Il est vrai que la séparation est dure, mais nous compensons en nous parlant très souvent, voire constamment. Nous continuons à faire des projets pour remplacer ceux qui ont dû être annulés. Dans notre cas, faire des projets permet de nous donner de l’espoir et de tenir le coup plus facilement. Autrement, au début du confinement, cela nous arrivait de nous disputer pour des choses futiles que seul le confinement a aggravées, car il nous était impossible de nous voir. À ce moment-là, pour ne pas tomber dans le piège du confinement, nous avons raisonné de deux manières. La première est que nous parvenons à nous calmer en nous disant que cela ne serait jamais arrivé s’il n’y avait pas eu deconfinement. La deuxième est lorsque la chicane en question a dégénéré et que nous réalisons que ce que nous disons fait du mal à l’autre.

Sinon, j'aurais aimé voir comment nous en sortirions si nous étions ensemble 24/7. Mais la principale chose que je retiens est qu'il faut profiter de tous les moments avec la personne que nous aimons. Nous ne savons pas ce qui peut arriver plus tard. Rien n’est vraiment prévisible, la situation actuelle en est la preuve. »



Est-ce que vous aussi, vous avez dû annuler ou reporter vos projets ?

Si vous êtes étudiants, comment avez-vous trouvé le format des cours en ligne ?



Geneviève et Gabriel, en couple depuis 5 ans.

Geneviève : « Nous sommes ensemble depuis bientôt 5 ans. Nous avons emménagé dans notre nouvelle maison il y a 3 ans, ce qui fait que nous nous voyons tous les jours. Personnellement, j’ai trouvé le confinement difficile au début, parce que mon copain n’a pas arrêté de travailler, tandis que, moi, je devais rester à la maison. Maintenant, ça va beaucoup mieux. Je dirais que ce changement de situation et de routine a affecté notre relation de couple, dans le sens où il a fallu être compréhensifs face à la nouvelle réalité et à ce que cela a changé dans chacune de nos vies. Par exemple, en restant à la maison, je passais ma journée à trouver de nouveaux projets de décoration et d’aménagement pour notre nouvelle maison. Le problème est que je ne suis pas capable de réaliser tous ces projets toute seule. Alors, quand mon copain arrivait du travail, il se sentait bombardé de trucs à faire. De l’autre côté, vu que je restais à la maison, lui faisait moins de ménage. J’avais l’impression d’être la seule à prendre soin de la maison. Cela a été une source de conflits. Bref, le confinement a permis de nous tester sur des points différents et de nous mettre sur la même longueur d’onde, en plus de nous rapprocher. »



Quant à vous, est-ce que le partage des tâches vous incommode dans votre couple ?



Tarzan* et Jane, ensemble depuis 1 an.

Jane : « Je dirais que le confinement m’a fait broyer du noir pendant un long moment. Il m’a fait revivre des blessures du passé, m’a rappelé certaines périodes où j’ai vécu de gros coups durs. Cela a beaucoup affecté notre relation avec Tarzan, car je n’arrivais pas à penser à autre chose. C’était frustrant pour moi, parce que je ne voulais absolument pas que cela m’arrive, mais je subissais cela malgré moi d’une certaine façon. Contrôler ses pensées est parfois très difficile selon les blessures du passé. C’est comme si j’étais coincée dans une bulle où il y avait juste un petit trou par où respirer de temps à autre. J’imagine très bien que, pour mon amoureux, cela n’a pas été facile de me voir dans cet état-là de chaud-froid constant. Nous avons eu quelques disputes à ce sujet. Il a été très patient avec moi et à l’écoute, et je le remercie pour cela. Aujourd’hui, je fais un travail sur moi-même, car cela devenait invivable pour nous deux. Il m’aide beaucoup à y voir plus clair, à apprendre à apprécier le confinement, à voir cela d’un bon œil et à toujours me concentrer sur le positif. Un autre fait saillant du confinement est qu’il m’a permis de redécouvrir les activités que j’aimais avant de me consacrer pleinement à mes études, notamment le dessin et la lecture. C’est comme si je retrouvais une partie de moi que j’avais mise de côté ».


« Tarzan » : « Avec Jane, nous n’habitons pas ensemble, mais nous nous voyons tellement que c’est tout comme au final. Personnellement, je vis très positivement le confinement. Pour moi, c'est une pause qui arrive au bon moment, une opportunité pour avoir enfin le temps de m’occuper des autres aspects de ma vie sans avoir les préoccupations du quotidien en tête. J’en ai profité pour approfondir ma relation de couple et passer du temps de qualité avec mes proches, parce qu’avant, avec nos rythmes de vies, nous parvenions difficilement à nous voir dans un autre contexte que l’université. Cela m’a permis également de m’investir davantage dans ma carrière et d’avoir plus d’opportunités de travail, étant donné que mon métier est parmi les services essentiels. Cela m’a pas mal tenu occupé depuis le confinement. Cela m’a permis, par la même occasion, de redécouvrir les intérêts que j’avais mis de côté à cause de l’école et du travail (cyclisme, activités de plein air) et de développer de nouveaux intérêts, entre autres la lecture. En ce moment, je lis les livres de Patrick Sénécal et j’aime beaucoup. Enfin, cela me donne l’occasion de m’entrainer quand je le veux. Le seul impact négatif est que mes amis de longue date vivent sérieusement le confinement, donc le fait de ne pas les voir était parfois frustrant.

Sinon, vu que le confinement a eu un impact positif sur moi, l’impact a été positif sur ma relation avec Jane également. Cela m’a permis de mieux la connaitre, d’apprendre à mieux communiquer avec elle, et d’être plus proche d'elle. Selon moi, le fait de se voir tout le temps était un peu comme cohabiter ensemble [sic] et j’ai trouvé que le confinement est la meilleure école pour m’apprendre à vivre avec elle plus tard. De son côté, Jane l’a vécu plus difficilement et le fait de la voir comme ça n’a pas été facile. Cela nous a poussés à faire un effort de communication de plus pour régler nos disputes. Mais c’était un mal pour un bien, car nous avons « appris » à nous disputer. Nous sommes tous les deux de fortes têtes et cela donnait parfois des flammèches. Cela devenait nécessaire de trouver une meilleure façon de communiquer durant nos disputes. Alors, nous avons appris à mieux exprimer nos sentiments, à écouter sincèrement et à faire l’effort sincère de comprendre l’autre.

Morale de l’histoire : j’ai appris que je savais m’adapter à une situation inattendue et à laquelle on n’est pas préparé, en étant créatif dans ma recherche d’emploi, dans mes projets de vie personnels – comment continuer à les faire avancer – et à me concentrer sur d’autres choses et à rester positif en période de crise.

Une leçon importante que j’en tire est qu’il ne faut pas tenir pour acquis ce que nous avons dans nos vies, car du jour au lendemain, nous pouvons le perdre.

J’aimerais ajouter qu’il y a un point intéressant que cela m’a appris : c’était de voir comment mes proches, collègues et autres, réagissent à cette situation hors de leur contrôle. Cela permet d’apprendre à connaitre les gens de manière plus authentique, à connaitre une autre partie d’eux qui m’était méconnue.

Je ressors du confinement grandi ! »



Est-ce que le fait d’être enfermé chez soi vous a fait revivre des fantômes du passé ou vous a, au contraire, apporté une énergie positive ?



Nous espérons que les témoignages de ces trois couples vous ont plu. Vous êtes-vous reconnus dans certains passages ?

Nous vous donnons rendez-vous prochainement avec trois nouveaux couples qui nous raconteront trois nouvelles histoires.



*Nom fictif

Source de l'image : https://www.ospheres.com/fonctionnelle/qui-sont-les-couples-d-aujourd-hui

#couple #confinement #relation #amoureuse #mental #sante #disputes #ajustement #disucussion #accomodation #virus #collaboration #coronavirus #covid #covid19 #covid19 #psychologie #consequence #adaptation

©2018 par NeuroPresse.