Théorie psychosociale d'Erikson sur le développement de la personnalité

February 3, 2019

 

Selon le psychanalyste germano-américain Erik Erikson, la personnalité se développe pendant toute une vie en passant par huit stades. À chaque période de la vie, la personne traverse un enjeu ou une crise qu’elle doit résoudre afin de permettre l’évolution et le changement de sa personnalité. La crise résolue avec succès, il s’ensuit alors une personnalité saine ayant acquis les compétences de base.

 

Les stades de développement de la personnalité selon Erikson

 

 

1. Confiance vs méfiance – De 0 à 18 mois

 

Ce stade est caractérisé par la dépendance totale de l’enfant, principalement avec la mère. En effet, l’enfant voit le monde comme présentant des dangers et donc cherche une personne à qui il peut faire confiance et qui le protégera. Si cette personne répond de façon satisfaisante à ses besoins, il développera une certaine confiance envers les autres, confiance qui formera la base de ses relations futures. Au contraire, si cette personne ne répond pas de façon satisfaisante à ses besoins, l’enfant deviendra méfiant envers les autres.

 

2. Autonomie vs honte et doute – De 18 mois à 3 ans

 

À ce stade, l’enfant développe ses capacités motrices. Entre autres, il apprend comment prendre soin de lui, comment s’habiller et manger par lui-même, ce qui lui permet de développer une certaine autonomie. Il comprend également qu’il peut exercer un certain pouvoir sur ses parents en tapant du pied ou en pleurant pour obtenir ce qu’il désire. Si l’enfant n’a pas l’occasion de s’affirmer ou s’il est souvent critiqué et contrôlé, il éprouvera des  doutes ou de la honte à propos de ses compétences, plutôt qu’être confiant en son habileté à être autonome.

 

3. Initiative vs culpabilité – De 3 à 6 ans

 

À ce stade, l’enfant est motivé à élaborer ses propres projets. Il crée ses propres jeux et il invite les autres à y participer. Il apprend ainsi à faire preuve de leadership et à prendre des décisions. Si les parents l’empêchent de montrer de l’initiative, il peut avoir peur d’être jugé ou  puni s’il prend une décision. L’enfant peut conséquemment ressentir de la culpabilité.

 

4.   Travail vs infériorité – De 6 à 12 ans

 

Ce stade est caractérisé par l’acquisition de connaissances et d’habiletés (par exemple, le raisonnement logique), lesquelles lui font comprendre la réalité des choses et seront requises à l’âge adulte. L’enfant devient très compétitif et, au fur à mesure qu’il réussit des tâches, il apprend à avoir confiance en lui-même et en ses capacités. Au contraire, s’il échoue, l’enfant se sentira inférieur aux autres et aura tendance à se dévaloriser.

 

5. Identité vs confusion des rôles – De 12 à 20 ans

 

Cette période est caractérisée par une remise en question chez l’adolescent de ses compétences, croyances et valeurs dans le but de se forger sa propre identité. Si l’adolescent arrive à donner un sens à sa personne, il se forgera une identité solide plutôt que de chercher à devenir ce qu’il n’est pas.

 

6. Intimité vs isolation- De 20 à 45 ans

 

À cette étape, il est essentiel d’être apte à faire des compromis sur les plans personnel, amoureux et professionnel, et dans ses rapports avec les autres. L’adulte se montre inquiet à la pensée qu’il pourrait passer sa vie seule et sans partenaire. S’il ne réussit pas à faire des compromis et à surmonter, par exemple, sa peur de  l’engagement ou de l’intimité, il risque effectivement l’isolement.

 

7. Générativité vs stagnation – De 45 à 65 ans

 

L’adulte de cette catégorie d’âge ressent le besoin de léguer quelque chose de valable à sa famille et à la société. Ainsi, il aura tendance à travailler davantage dans ce but et même à faire du bénévolat.  S’il a le sentiment qu’il n’a rien à léguer, il se sentira alors inutile et inaccompli.

 

8. Intégrité vs désespoir – De 65 ans à la fin de la vie

 

Durant cette étape, l’adulte fait le bilan de sa vie. S’il en vient à la conclusion qu’il a vécu pleinement et qu’il a fait oeuvre utile, il se verra comme un être accompli et intègre envers lui-même. Ce faisant, il envisagera la mort avec sérénité.  À l’inverse, l’adulte   «insatisfait de son bilan» ressentira du désespoir ou de la culpabilité par rapport à son passé ou à ses objectifs non atteints, et il développera alors une peur profonde de la mort.

 

 

 

Références

Mcleod, S. (s.d.). Erikson's Psychosocial Stages of Development. Répéré à https://www.simplypsychology.org/Erik-Erikson.html

 

Boucault, S. (2016). Les huit âges de l'homme, selon Erik Erikson – Nos Pensées. Repéré à https://nospensees.fr/les-huit-ages-de-lhomme-selon-erik-erikson/

 

Erik Erikson's Theory of Psychosocial Development. (s.d.). Repéré à https://www.psychologynoteshq.com/erikerikson/

 

Please reload

Recent Posts

October 27, 2019

Please reload

Archive

Please reload

Tags