Le trouble d'anxiété de séparation

March 10, 2019

Dion-Thibaudeau, S. (2016). [image en ligne]. Repéré à http://blogue.lacapitale.com/sante/anxiete/

 

 

 

Comprendre d’abord ce qu’est l'anxiété de séparation

 

L'anxiété de séparation est une étape normale du développement de l’enfant entre 8-14 mois. Celui-ci commence à comprendre que ses parents et lui forment des individus distincts. Il reconnaît d’emblée les visages familiers, mais si un étranger est présent, il se sent intimidé, s’agite et cherche la présence de la figure d’attachement (celle qui lui fournit les soins). Face à de telles nouvelles situations, l’enfant éprouve de la peur, la peur entre autres d’être abandonné. En effet, l’enfant de ce groupe d’âges pense que sa figure d’attachement n’existe plus quand elle s’absente. Il s’ensuit que les pleurs et la peur du bambin s’intensifient, et il faut alors le consoler. Il n’a donc pas encore développé ce qu’on appelle la « permanence de l’objet », c’est-à-dire la compréhension que l’objet existe même s’il n’est pas vu. Cette anxiété est considérée normale jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans.

 

 

 

Trouble de l’anxiété de séparation chez l’enfant

 

En temps normal, l'anxiété de séparation peut toucher un enfant jusqu’à ce qu’il ait atteint tout au plus l’âge de quatre ans, les deux premières années du bambin étant considérées comme la période normale de développement. Mais il en va autrement quand l’enfant est plus âgé, qu’il éprouve de l’anxiété pendant plus de quatre semaines, et que cette anxiété interfère avec ses activités normales. On posera alors un diagnostic de trouble de l’anxiété de séparation. Cette anxiété est vécue par l’enfant de façon excessive et lui cause une très grande détresse et nervosité lorsqu’il est éloigné des parents. Elle peut alors l’amener à éviter de participer à ses activités ( ex. :  refuser de dormir chez un ami ou d’aller au camp de jour, obliger quelqu’un à venir dormir dans sa chambre ). Il suffit que l’enfant pense à la séparation pour qu’il éprouve alors des symptômes physiques tels que des maux de tête ou de ventre.

 

 

Causes du trouble chez l’enfant

 

Stress : Ce trouble est souvent développé suite à un événement stressant ou traumatique à l’enfance, comme par exemple la mort d’un être cher, une nouvelle figure d’attachement, un séjour à l’hôpital, ou un changement dans son environnement (école, maison).  

 

Parents surprotecteurs : Il arrive souvent que des parents surprotecteurs nourrissent de leurs propres craintes celles de l’enfant, ce qui amène ce dernier à développer un trouble d’anxiété de séparation. Par exemple, des parents qui s’inquiètent trop quand leur enfant part à l’école, qui accourent auprès de lui à son moindre pleur.

 

Vulnérabilité génétique : Des parents souffrant d’anxiété ou d’autres troubles mentaux peuvent prédisposer l’enfant à ce trouble.

 

Attachement insécurisant : Quand l’enfant n’est pas sûr que sa figure d’attachement sera disponible pour satisfaire ses besoins, il adopte alors un type d’attachement insécurisant ou méfiant envers celle-ci. Cette situation risque alors de causer chez lui un trouble anxieux.  À l’opposé, l’enfant qui fait montre d’un attachement sécurisant, c’est-à-dire de confiance envers sa figure d’attachement, gère mieux la séparation d’avec cette dernière, car il a confiance qu’elle reviendra et qu’elle saura satisfaire correctement ses besoins.  L’enfant sera donc moins susceptible de développer un trouble d’anxiété de séparation.

 

 

Trouble de l’anxiété de séparation chez l’adulte

 

L’anxiété de séparation excessive chez l’enfant se vit de façon générale en relation avec à ses parents ou avec une autre figure d’attachement. Chez l’adulte, cette anxiété se présente en relation avec l’épouse, un ami ou ses enfants. Le sujet éprouve une très grande tristesse ou une difficulté à se concentrer quand il est séparé de la personne à laquelle il est attaché. Cela peut créer pour lui une situation problématique au travail, par exemple. Très anxieux, il peut subir des crises de panique. Il arrive souvent que l’adulte atteint de ce trouble ait été diagnostiqué à l’enfance, mais pas obligatoirement.  

 

 

Causes du trouble chez l’adulte

 

Le trouble d’anxiété de séparation chez l’adulte peut être causé, par exemple, par le déménagement de son ou de sa partenaire, d’un enfant ou d’un parent. Cette anxiété peut aussi être causée par un trouble de santé mentale (ex. autisme, trouble psychotique).

 

 

Symptômes chez les enfants et les adultes

 

Les symptômes doivent être présents pendant au moins quatre semaines chez l’enfant et pendant au moins six mois chez l’adulte, en plus de perturber le fonctionnement social, scolaire ou personnel.  Pour établir un diagnostic, il faudra observer au moins trois des symptômes suivants (American Psychiatric Association, 2013) :

  1. Détresse ressentie lors de la discussion tenue juste avant la séparation de la figure d’attachement et pendant l’absence de cette dernière ;

  2. Peur excessive que quelque chose de malencontreux va arriver à la figure d’attachement ;

  3. Inquiétude persistante d’être séparé de la figure d’attachement par un événement imprévu ;

  4. Refus de quitter la figure d'attachement ;

  5. Peur excessive d'être seul ;

  6. Cauchemars à propos de la séparation ;

  7. Peur de s’endormir et d’être séparé de la figure d'attachement ;

  8. Plaintes exprimées (cris, pleurs, etc.) à l’imminence de la séparation.

 

 

 

Traitements

 

La thérapie cognitivo-comportementale : la personne suivie en thérapie est amenée à prendre conscience des pensées et des comportements qui contribuent à son anxiété. Les parents peuvent apprendre des techniques pour réduire l’anxiété chez l’enfant.

 

Les groupes de support : le participant ou la participante apprend à gérer son anxiété en prenant connaissance de l’expérience des autres membres du groupe et des techniques auxquelles ces derniers ont recours pour gérer leur propre anxiété.

 

La médication : antidépresseurs et/ou anxiolytiques prescrits par un médecin. Ces médicaments ne sont pas toujours des solutions à long terme et ils n’offrent pas la garantie d’être efficaces.

 

 

 

Références

 

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). Arlington, VA: American Psychiatric Publishing.

 

Naître et grandir. (2015). L'angoisse de séparation. Repéré à https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/soins/fiche.aspx?doc=angoisse-separation

 

Pendley, J. S. (2016). Separation Anxiety. Repéré à. https://kidshealth.org/en/parents/sep-anxiety.html

 

WebMD. (s.d). Separation Anxiety Disorder in Children. Repéré à https://www.webmd.com/parenting/separation-anxiety#1

 

Psychology Today. (s.d). Separation Anxiety. Repéré à https://www.psychologytoday.com/us/conditions/separation-anxiety  

Meadows-Fernandez, R. (2017). What is separation anxiety disorder in adults? Repéré à https://www.healthline.com/health/separation-anxiety-in-adults#symptoms

 

Nall, R. (2018). What is separation anxiety disorder in adults? Repéré à https://www.medicalnewstoday.com/articles/322070.php

 

Ryther, C. (2018). Adult separation anxiety disorder symptoms and treatment. Repéré à https://www.neurosciencecenter.com/blog/adult-separation-anxiety-disorder-symptoms-and-treatment

 

Mayo Clinic Staff. (2018). Separation anxiety disorder. Repéré à https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/separation-anxiety-disorder/symptoms-causes/syc-20377455

 

Wendland, J., Camon-Sénéchal, L., Khun-Franck, L., Maronne, C., Rabain, D. et Aidane, E. (2011). Troubles de l’angoisse de séparation et de l’attachement: un groupe thérapeutique parents-jeunes enfants. Repéré à https://www.cairn.info/revue-devenir-2011-1-page-7.htm

 

Please reload

Recent Posts

October 19, 2020

Please reload

Archive

Please reload

Tags